Le Jambon Cheddar fondu Sodebo

Découvert, entre les mains d’un ado, au hasard d’un pique-nique, le sachet plastique contenant un sandwich dit « Le Suédois » au jambon et cheddar fondu a éveillé ma curiosité ? Ce sandwich « club » consommable pendant quinze jours, en l’état, est une drôle de denrée périssable. Manifestement, il ne s’agit aucunement d’un produit fait-maison, ou artisanal, on s’en serais douté, mais le contenu des ingrédients me laisse sans voix… et me demande toujours comment peut-on saliver pour ce genre de produits ?
J’emprunte l’emballage, qui personnellement ne déclenche aucune appétence chez moi. Je lis :

GARNITURE 53 % :
Jambon cuit standard 53 % : jambon, eau, sel, sirop de glucose, dextrose, stabilisant : E451, arôme naturel, gélifiant : E407, lactose, bouillon de porc, conservateurs : E316, E250, ferments.

Mon avis : C’est tout, sauf un jambon. Premièrement aucune visibilité sur et traçabilité sur la viande de porc. Je doute fort que l’élevage soit un petit parterre de cochon rose, paisiblement allongé sur de la paille, en regardant le ciel. Je doute fort aussi que ces bêtes ne soient pas entassées et réduites à des doses d’antibiotiques. Mais je peux me tromper et serait partisan d’une visite chez les fournisseurs de chez Sodebo et pourquoi pas filmer la conception des matières premières nécessaire aux sandwichs [Sodebo présente sur son site le fait que 97 % des pains et 85 % des produits de charcuterie (chorizo, rosette, jambon…) sont réalisés par les « boulangers » et charcutiers. »].

Alors, parlons-en, des charcutiers. Tous les conseillers techniques de mes précédents livres et mon père le sont, et je peux vous assurer que le jambon qu’ils me font manger n’a pas la même recette.
 Quand on ajoute du sirop de glucose, du dextrose, des arômes naturels et des gélifiants, ce n’est vraiment pas bon signe sur la qualité initiale de la viande. Un produit qui aurait du goût n’aurait pas besoin de ces artifices. Les sucres pour exalter la saveur et l’arôme pour fabriquer une notion de palais ?
Côté additifs, les ingrédients suivants seront notifiés selon l’avis de QueChoisir (voir bas de l’article)

E451 : (2) un agent de texture, le phosphate de potassium, triphosphate.
E407 : (1) encore un agent de texture – décidément, ils ont des problèmes de texture ? –, les carraghénanes, algues euchema transformées, avec des symptômes cutanéo-muqueux.
E316 : (2) l’erythorbate de sodium, un anti oxygène.
E250 
: (1) un conservateur, le nitrite de sodium, avec des symptômes cutanéo-muqueux, migraines, troubles gastro-intestinaux. Cancérigènes.
E331 : (3) un acidifiant et correcteur d’acidité, le citrate de sodium.

Cheddar fondu 26 % : cheddar 13 %, eau, amidon modifié, beurre, protéines de lait, sels de fonte : E331, sel, colorant : extrait de paprika); beurre.

Mon avis : Le cheddar est un fromage jaune pâle au goût prononcé au lait de vache. Il est originaire du village anglais de Cheddar dans le Somerset. Ce type de fromage est si répandu qu’il est maintenant impossible de lui accoler une appellation d’origine. Cependant, l’Union européenne reconnaît l’appellation West Country Farmhouse Cheddar. Pour conserver celle-ci, le fromage doit être fait de façon traditionnelle avec des ingrédients locaux de quatre comtés situés dans le sud-ouest de l’Angleterre, dont le colorant orange, l’annatto ou roucou, une espèce d’arbuste d’Amérique tropicale. Alors, pourquoi de l’eau et de l’amidon modifié et de la protéine de lait et non du lait ?  Pourquoi du paprika et non du roucou ?

PAIN  47 % :
Pain suédois 47 % : farines (blé, seigle, blé malté), eau, sucre, huile de colza, levure boulangère, sirop de glucose, vinaigre d’alcool, sel, gluten vital de blé, protéines de blé, germe de blé, levain de seigle, farine d’orge maltée toastée.

Mon avis : Le principe d’un pain suédois est le sucre, blé riche en gluten et le seigle… tout y est.

————

Conclusion :

sodebosuedoisCe sandwich fait partie des produits qui ne rentrent jamais chez moi ou mon placard. L’occasion d’un pique-nique ne fait jamais exception à cette règle. Consommer une fois de ce genre de produit c’est cautionner tout un système industriel. Nous sommes dans la catégorie des produits industriels qui ne sont pas des aliments que je considère comme bénéfiques. Un avis sur le site Sodebo : Eric G le 23/05/2014, « trouve ce pain trop sucré et très rapidement écœurant », alors que Parinea le 05/09/2013, insiste en disant « sans déc., il est vraiment hyper bon celui-là. Un vrai chef-d’œuvre pour les papilles des gourmets les plus exigeants en goût. »
Un vrai chef-d’œuvre ?? L’industrie agroalimentaire n’a pas de souci à se faire. Nos petits consommateurs ont bien été formatés à la standardisation du goût. Ils ont perdu toute notion de la réalité, me semble-t-il, aussi.
Je vais aller un faire un sandwich pour me calmer. Un classique, une baguette au levain et aux graines de chez la fabrique à pain, un bout de jambon bio, sans sucre et peu de conservateurs, un peu d’origan, une lichette d’huile d’olive.
Préparation : 25 secondes / Coût : 2,40 €.

Dans le nouvel Obs, de ce mois-ci (2638 du 28 mai au 2 juin 2015) , il est mentionné à propos d’un article sur la « dérouille des restaurations rapides aux États-Unis », que l’obésité des jeunes et la consommation de sucre ont triplé depuis les années 70. Le responsable de la malbouffe reste le consommateur lui-même, juste après les industriels, alors que la solution serait de privilégier les aliments naturellement savoureux.
Consommer des produits transformés nous mène à notre perte, et va systématiquement fait connaitre la maladie à nos enfants de plus en plus violemment et de plus en plus tôt. Un dernier chiffre : l’industrie de la saveur, c’est 270 millions de tonnes par an d’arômes – naturels ou artificiels –. Il s’agit bien d’un marché du rendement au détriment du goût, au détriment du respect du produit, de l’animal, du consommateur.

————

QueChoisir :
(1) les additifs pour lesquels des symptômes ont été observés chez l’homme suite à la consommation de certains additifs.
(2) les additifs pour lesquels des effets toxiques ont pu être démontrés, en général chez l’animal et à des doses élevées, au cours des évaluations toxicologiques et qui ont donc donné lieu à la fixation d’une DJA pour l’additif concerné.
(3) les additifs pour lesquels aucun effet toxique n’a pu être démontré.

1 commentaires

  1. Pingback: Le Jambon Cheddar fondu Sodebo | Zediet produit...

Laisser un commentaire