Prospectus #1. La prospection pour votre santé ?

Vous sortez de chez le docteur ? Rien ne vous a t-il choqué sur les étagères ?
ProspectusHR

Quel est le point commun entre tous ces prospectus ?

1] Femme et ostéoporose : Calcium. Mon réflexe quotidien.
2] Des difficultés à digérer le lait ? Demandez conseil à votre médecin.
3] Les eaux minérales naturelles. Fondamentalement différentes.
4] Le bon équilibre pour sa consommation de viande. Éclairages pratiques et recommandations.
5] Les tampons en pratique. Levons le tabou.
6] Quelle eau minérale vous convient le mieux ?
7] Eaux pétillantes et sel. Faits et bienfaits

Alors ? Le point commun ?

Ils sont tous signés par une marque. Quand vous tournez le document, vous découvrez que ce sont de grandes enseignes à l’origine de ces prospectus. Il s’agit de publireportages et non d’informations et cela pose un problème d’éthique et soulève quelques questions.

– Les accroches « Mon réflexe quotidien », « Demandez conseil à votre médecin », « vous convient le mieux » sont difficiles à admettre quand l’on sait que le conseil n’émane pas d’une source objective mais d’une logique marketing. Les questions sont orientées vers un choix de produit.

– Les messages sont forcément erronés.
Par exemple, le calcium. Ce prospectus ne parlera jamais des graines de lin ( 6 fois plus de calcium que le lait ) ou des algues wakame ( 13 fois plus de calcium que le lait ) que l’on trouve dans les soupes miso japonaises. De plus, le prospectus préconise « du lait », puisque la marque distributrice est une enseigne vendant du lait et, une fois de plus, culpabilise les non-buveurs de laitages !! ( lire cet article ou celui-ci).

– Le lieu est mal indiqué. Un laboratoire d’analyses, un cabinet de médecins pour diffuser de la publicité sous forme de conseils « médicalisés » est insidieux. Le patient se sent en confiance et « plonge » facilement dans le conseil si largement diffusé. La plupart des médecins répètent le discours, ou laissent se diffuser l’information, sans se soucier de la source ou de la véracité du message. Vous ne me croyez pas ? J’ai testé. La plupart des médecins proposant ces documentations (pardon « ces publicités » ) ne les ont même pas lu. Vérifié presque à chaque fois.

En somme, l’industrie agro-alimentaire observe nos habitudes et envies. Elle met à disposition une multitude d’astuces afin de nous rendre (soi-disant) service. Elle serait capable de vous proposer, si la demande naissait, « le fromage qui sent bon », « la boisson qui coule pas », « le chocolat qui fait maigrir », « le plat cuisiné qui se réchauffe en le secouant », …

Elles ont créé, dans les cabinets médicaux et laboratoires d’analyses, la mise à disposition de documentations « nutritionnelles ». Jolies, pratiques, « sérieuses » : toutes les recettes du succès.

[ LISEZ LA SUITE PARUE EN 2011 > PROSPECTUS #2 ]

1 commentaires

  1. Pingback: Sommes-nous informés par les prospectus santé ? | Stéfane GUILBAUD

Laisser un commentaire