Sommes-nous informés par les prospectus santé ?

La mise à disposition de prospectus santé dans les salles d’attente est parfois déconcertante à plusieurs titres. Ils sont directement liés à une marque ou un groupement d’intérêt.
Depuis plusieurs années, je retourne régulièrement en chercher [ici en 2010] et [ici en 2011] pour constater le type d’informations véhiculées, et… rien ne semble changer.

Trois exemples :

A) CHOLESTÉROL

  1. Adaptez votre alimentation : Le titre est prometteur !
  2. Les aliments à privilégier pour lutter contre le cholestérol : Pâtes, céréales complètes, pain et riz, pommes de terre à l’eau, à la vapeur, au four. Yaourt light,… Margarines… En somme, des féculents et des laitages !
    Les aliments à éviter : de façon générale, le gras ! Remarquez que le mot sucre n’apparait nulle part !!
    L’information contre le cholestérol ne veut pas sortir du schéma lobbyiste poussant à la consommation de blé, lait, sucre. Incroyable discours radicalement différent de ceux tenus par des scientifiques (indépendants) comme le professeur Robert LUSTIG ou David PERLMUTTER. Le bon vieux schéma érodé consistant à fustiger le gras et privilégier les céréales, les féculents, les laitages et le sucre !! Bon sang ! Un des meilleurs moyens de lutter contre le cholestérol est d’arrêter tout glucide à index glycémique élevé et de réintroduire du gras végétal et animal.
  3. Une marque s’invite pour vendre sa margarine. Inadmissible et non approuvé par les professeurs cités ci-dessus !

prospectus-01

B) CHOLESTÉROL (BIS)

  1. Même mécanique. Le titre nous invite à “agir contre le cholestérol” et « réduire les risques”, mais…
  2. Même après la révélation de quatre raisons liées à l’excès de cholestérol, aucune allusion ou mention aux céréales, féculents, sucres, laitages ! Encore et encore le processus simpliste du discours sur le mauvais gras.

prospectus-03

C) L’HYPERTENSION ARTÉRIELLE

  1. Premier facteur de risque cardio-vasculaire ? Ah, peut-être une révélation ??
  2. Eh bien non, on parle d’âge, de sexe, d’hérédité, de causes physiques ou médicamenteuses… (qui, au demeurant, sont des facteurs bien réels), mais on se contente juste d’effleurer la prise de poids, sans oser parler d’une population qui consomme trop de féculents, de sucres, de laitages et pas assez de fibres et de gras riches en oméga 3. On a l’impression que l’obésité est une fatalité, un nom donné à un mal sans origine !
  3. Côté facteurs de risques… toujours aucun conseil nutritionnel pour limiter les glucides et privilégier les huiles et poissons gras.

prospectus-02

Laisser un commentaire