Cacao maigre et prix fort !

J’ai une affection particulière pour le chocolat et le cacao.
Mais, pour un vrai chocolat, un produit sans artifice et sans cache misère à grand renfort de sucre.
 Un chocolat digne de ce nom, issu d’une sélection de fèves (dont la plus réputée est la fève Criollo cultivée au Pérou, à l’ombre des pins), ne nécessitant pas l’ajout de sucre. Pourquoi donc ?

Car le cacao a une âpreté naturelle certes, mais pas d’amertume. Le gout désagréable amer (que le marketing nomme joliment corsé) est en fait dû au type de fève (souvent Forestero) et sa culture industrialisée. Haut rendement, exposition en plein soleil…
 Forcément, au final, pour consommer le produit, on est obligé de le sucrer lourdement.

Mais en consommant ce type de chocolat industriel, on rencontre 5 problèmes :

1. On encourage la surproduction massive de cultures de cacao industriel sans grand intérêt, si ce n’est détruire la flore environnante, par manque de biodiversité.
2. On modifie le cours du cacao mondial en faisant baisser les prix de surproduction et en encourageant la surconsommation mondiale. Du coup, la demande augmente et on demande aux producteurs à produire davantage. Qualité qui chute, rendement qui augmente, consommation qui explose.

3. On élimine la nature même du chocolat qui consiste à légèrement sucrer un cacao. Un chocolat noir se retrouve ainsi autorisé à côtoyer 67% de sucre et dans certains pays jusqu’à 70%. Ce n’est plus un chocolat, mais une sucrerie. Que dire lorsqu’on incorpore du lait et des produits sucrés (caramel, fruits…)
4. On présente une information nutritionnelle à propos du cacao. Il est dégraissé ! Chouette ? Non, dommage plutôt. Tout l’intérêt d’un régime alimentaire à faible index glycémique est d’ajustement à avoir un chocolat qui contient toute sa graisse, sa bonne graisse : le beurre de cacao. Et là, on l’enlève, pour notre santé ? Non, je crois, plutôt qu’il sert mieux l’industriel à l’intérêt de sa marge, car le beurre de cacao coute très cher.

5. On encourage la population a consommer de plus en plus sucré. L’addiction se fait naturellement de plus en plus forte et les industriels en profitent pour confondre la différence qu’il peut y avoir entre un chocolat sucré et un sucre chocolaté. En effet, la matière première a un coup et il est plus rentable de vendre du sucre au prix du cacao !

Ainsi sur ce dernier point [les différents sujets sur le chocolat sont ici], on peut comparer rapidement deux produits bios. L’un en grande surface, le « BIO CARREFOUR » à 32% , nommé PRÉPARATION CHOCOLATÉE POUR BOISSON (en raison de sa faible teneur en cacao tout de même) et l’autre « DESTINATION » en magasin spécialisé 100%. On traduit vite que le produit à 32 % contient 68% de sucre, mais qu’en est-il du prix ?

Le résultat est caractéristique.
A première vue, le Carrefour semble moins cher qu’un produit comme le Destination Cacao, mais au final, le produit 100% a un rapport-prix-quantité-qualité bien meilleur, avec de surcroit un excellent goût… mais ça c’est une histoire d’habitude. 🙂

ILLUSTRATION 1 : CALCUL DU PRIX RÉEL DU CACAO AU KILO ACHETÉ

cacao-prix

ILLUSTRATION 2: LISTE D’INGRÉDIENT DU CACAO 32%

ingredientchococarrefour

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer

2 commentaires

  1. Chocrawlate

    Merci pour cet article. Il y a un réel besoin d’éducation et d’information des consommateurs car ils pensent manger du chocolat mais en réalité ils n’ont mangé jusqu’à présent que du sucre. Depuis quelques années nous essayons d’informer sur le cacao et de proposer au public français du chocolat artisanal préparé de la Fève à la Tablette avec des ingrédients nobles et achetés en direct auprès des producteurs de cacao à un prix plus fort que celui du marché industriel. Encore merci.

  2. Francoise Chalie

    Et voilà, encore une fois !!! Sans surprise, mais avec agacement… :-/ Sinon… à propos de chocolats, quand est-ce que vous irez rendre une petite visite de courtoisie-contôle-reportage-documentaire
    pour nous décrypter de ce qui se passe chez Philippe second ? On aime tellement ses chocolats (et puis, peut-être que lui aussi, fait de bons produits, comme pour les chocolats de Puyricard ? ). Bon, c\’est peut-être un peu tardif pour CE Noël, mais mettre cela à votre agenda avant le 16 avril prochain (Pâques, quoi) vous semble-t-il faisable ? 🙂 Merci pour tous vos \’décryptages\’ si précieux, et bonne continuation.

Laisser un commentaire