Les 5 raisons qui font baisser ou augmenter un index glycémique ?

Tout le monde a déjà entendu parler des index glycémiques (IG) ?
Les médias commencent à s’intéresser à cet outil, bien plus sérieux que la notion de sucres rapides, lents, complexes ou simples.
Dans un pays ou le gras est encore fustigé et le sucre magnifié grâce à un puissant réseau lobbyiste, il n’est pas rare non plus de lire tout et n’importe quoi sur les glucides.
Certains magazines, obnubilés par la sortie rapide d’un hors série sur les régimes, ne sont même pas capables de se rendre compte que leur rédactrice en chef a littéralement plagié les pseudo informations sur des sites “sponsorisés”. Les schémas datant des années 70 y sont dépassés, il ne font pas avancer la santé et vont même jusqu’à détruire l’once de volonté des consommateurs tant ils sont contre-productifs.

On y retrouve souvent
1 • La notion “physiologique” du sucre [simple, complexe, rapide, lent] dont on se fout, car il n’a que peu d’influence sur le régime final.
On peut lire encore, dans des magazines santé ou sportifs : “Manger des sucres lents et complexes pour calmer votre faim”.
2 • L’encouragement à l’abondance concernant les féculents, céréales avec l’effet aggravant de fustiger le gras.
On peut lire encore, dans un livre écrit par un nutritionniste  : “Manger souvent de la pomme terre vapeur, nature, surtout sans ajout de gras”.
3 • Le comptage des calories, qui est une hérésie et une connerie monumentale tant le critère est totalement décorrélé de la qualité des calories.
On peut lire encore dans un livre écrit par un docteur : “3000 calories chez votre belle-mère sont identiques à 3000 calories d’un fast food”.

Tout cela n’est pas très sérieux, et il suffit de prendre du recul pour se rendre compte que tous ces régimes ne fonctionnent pas.
Par contre, si on s’intéresse un tant soit peu, à la façon dont notre corps et plus précisément notre pancréas réagi face à une absorption de glucides, en surproduisant de l’insuline, alors on s’intéresse enfin aux index glycémiques (IG) [en savoir plus].

Mais ! Lorsque vous commencez à expliquer qu’une tartine de pain avec de la confiture possède un indice glycémique élevé, et que celui-ci chutera en ajoutant une lichette de beurre ! Alors là, l’assemblée vous regarde avec inquiétude, car vous êtes en train de démonter un schéma archaïque qui trainait depuis les années 70.

C’est pourquoi j’ai réalisé cette illustration d’après un article de Thierry Souccar sur la base du livre “Le Nouveau Régime IG” de Elvire Nérin et Angélique Houlbert. Vous allez y (re)découvrir qu’un aliment modifiera son index glycémique (et donc vous fera grossir ou non selon si le chiffre est élevé ou non), en fonction de 5 critères.

Pour mémo, j’appelle cela le FACTA (Fibre Amidon Cuisson Transformation Ajout):

#1 Fibres : La présence de fibres “solubles” ou “insolubles” modifie l’IG.
#2 Amidons : La présence d’amidons de type “amylose” ou “amylopectine” modifie l’IG.
#3 Cuisson : Le mode de cuisson modifie l’IG.
#4 Transformation : L’aliment transformé subit une modification majeure et cela modifie l’IG.
#5 Ajouts : Graisses, protéines, acidité, gluten peuvent être des facteurs de réduction de l’IG.

Tout est expliqué. Téléchargez l’illustration ci-jointe :
igwhat