Le meilleur moyen de lutter contre la malbouffe reste l’information.

« Le meilleur moyen de lutter contre la malbouffe reste l’information ! »

Une phrase que j’ai toujours écrit sur les dédicaces, faites depuis toutes ces années. Elle est importante, car elle dénote et démontre l’urgence d’apprendre, pour comprendre, et agir face à l’agroalimentaire.

Consommer un produit industriel implique-t-il tout une réaction en chaine ? C’est la question que je me suis posée pour mon livre à paraitre à la rentrée 2015.

En attendant, voici les explications de la réalisatrice du documentaire « Que mangeons-nous vraiment ? De la terre à l’assiette ». Un excellent documentaire qui donne un sentiment de colère et de révolte. [ Rediffusion sur France 3, le 06 juillet 2015 à 1h55 ]. On y voit le témoignage, en autre de Jean Pierre Berlan*, un défenseur du vivant avec qui j’avais partagé une conférence au lycée agricole de Valabre. On s’était échangé nos livres, et lui m’avait offert « La Guerre au Vivant, Agone, 2001″, un livre troublant, déconcertant, effrayant.
Je le cite

« Le but du système agroalimentaire n’est pas de nourrir la planète […] Le but est de produire des profits, quel que soit le coût pour la planète, quel que soit le coût pour les gens, quel que soit le coût pour la santé publique »

Réalisation du documentaire : Linda Bendali, Sophie Le Gall
Ce documentaire politique et économique, véritable « road-movie » à travers champs et campagnes sur tout le territoire français, dissèque la politique agricole qui a dessiné le contenu de nos assiettes, interroge l’agriculture moderne et décrypte son saut vertigineux dans la mondialisation après quatre décennies d’industrialisation. La France est le premier pays agricole européen. Avec 12 milliards d’euros d’excédent commercial, les exportations agricoles sont celles qui rapportent le plus après l’aéronautique. L’agriculture française nourrit les Français, mais aussi les Européens. Ainsi, elle produit des denrées alimentaires aux meilleurs prix. Mais que mangeons-nous vraiment ?

 * agronome et économiste, ancien directeur de recherche en sciences économiques à l’Institut national de la recherche agronomique à Montpellier. Il est membre du conseil scientifique d’Attac France1

2 commentaires

  1. SG

    Merci beaucoup pour l’info, c’est corrigé. Merci pour l’assiduité de la lecture de mes blog. Ensemble, nous avançons tous vers un changement… mais cela sera dur, pénible et a faire achever par nos enfants.

Laisser un commentaire