L’agneau

humanterreChronique écrite pour
Human & Terre
N° 34 / Septembre 2010

Agnus Dei.
L’agneau de Dieu est bien loin de sa fonction de sacrifice chrétienne, vouée à expier les péchés du monde.
Rien n’arrêtant le profit de certains producteurs, il n’y avait qu’un pas pour fournir aux consommateurs une viande répondant à une idéologie.
Pour répondre à des demandes absurdes d’un consommateur mal informé, l’agneau de lait se voit carencé en fer et en fibres pour donner un aspect « laiteux » alors que sa chair devrait être rose soutenue. Mais sachez aussi que pour pouvoir consommer de l’agneau toute l’année, les malheureuses « industrialisées » se retrouvent « boostées » à la mélatonine, afin d’accélérer leurs chaleurs. Avec nos 5,5 millions d’agneaux annuels, nous importons aussi depuis la Grande-Bretagne et la Nouvelle-Zélande une viande échappant à tout contrôle, arrivant « sous vide » pour se retrouver dans les étals avec la mention »viande fraiche ». Autant vous rappeler l’existence des viandes biologiques, locales et saisonnières.

Laisser un commentaire