Madeleines de Prout ?

Non ce n’est pas une faute de frappe, il semblerait bien que certains biscuits, et de surcroit certaines madeleines, soient bien loin des “madeleines de Proust”.

Dans le même esprit que l’émission de Charlotte Savreux, auquel j’ai participé avec Périco Legasse sur le sujet du marketing. Voici une belle littérature… Si l’on se penche sur les allégations visibles sur le facing (la face immédiatement visible par le client), on découvre un monde enchanteur. Par contre au dos de l’emballage, toujours la même déception.

Sur un exemple de paquet de madeleines proposées par une MDD (Marque de distributeur), on y découvre deux mondes.

FACE A :

Des madeleines au beurre et aux oeufs frais !
Cette invitation à l’authenticité réussie gagne souvent son pari et le consommateur, sans aller plus loin car trop préoccupé par le reste de ses courses, le place dans son caddie.

 

 

 

 

FACE B :

Oui, les oeufs sont frais et entiers : bonne initiative.
Mais cela se gâche vite !
– Le beurre n’est pas frais, mais réalisé à partir de beurre concentré et reconstitué.
– Un stabilisant, le sorbitol, car il absorbe l’eau, ce qui le rend utile lorsque les ingrédients ont tendance à durcir ou à dessécher
– Le sirop du glucose-fructose. Une substance très peu chère pour sucre, mais un vrai poison qui rend votre foie gras, comme si vous étiez alcoolique ou plus simplement une oie à foie gras (lire encadré).

 

Le fructose est le sucre que l’on trouve dans les fruits et dans le miel à l’état naturel. Sous cette forme, il ne pose pas de problème à l’organisme. Mais il est utilisé par l’industrie pour sucrer de nombreux aliments, pur ou associé à du glucose (sirop de glucose-fructose, sirop de maïs à haute teneur en fructose). On le trouve dans de nombreuses boissons sucrées. Il a remplacé peu à peu le sucre « normal » – le saccharose composé d’une molécule de glucose et d’une molécule de fructose- en raison de son plus grand pouvoir sucrant pour un coût inférieur. Ce fructose ajouté est métabolisé dans le foie. Il induit une résistance à l’insuline, un stress oxydant et une infiltration graisseuse du foie, trois événements qui peuvent conduire au surpoids, à l’augmentation du sucre sanguin (glycémie) et au diabète. [source : www.lanutrition.fr]

Même une recette simple comme la madeleine est gâchée par l’industrie agroalimentaire. Vive la cuisine du mercredi ou samedi avec vos enfants ! Vive aussi les artisans qui s’installent petit à petit sur les marchés pour proposer le fruit de leur travail, comme les madeleines de Christophe ou certaines à Paris.

Laisser un commentaire