La cuisine japonaise … se sucre !

La mode alimentaire nippone se permet quelques facéties … occidentales.

Il faudrait être anachorète, depuis fort longtemps, pour ne pas se rendre compte que la culture nippone a envahi nos rayons. L’idée en soi est intéressante, car c’est une cuisine très équilibrée, diététique et respectueuse de l’aliment… oui… mais au Japon. En effet, comme à chaque fois, le diktat marketing prend le dessus et nous inculque (voire nous assomme) de messages publicitaires.

La mode du sushi en France a vulgarisé ce produit, sur différents points.

1) Il faut arrêter de penser que manger des sushis soit diététique. On ne devient pas centenaire d’Okinawa en suivant un tel régime. Loin d’être mauvais pour la santé, ce régime ne correspond pas aux régimes traditionnels japonais. Ils en mangent peu, et toutefois à l’extérieur de chez eux. Ce sont leurs mises en bouche, leurs sandwichs et leurs plats de fête puis, le reste du temps, ils consomment énormément de légumes vapeurs, d’algues, un peu de volaille et de la viande de bœuf.

2) La démocratisation des sushis a suscité des envies chez des commerçants à la recherche du bon filon. Il n’est pas rare de trouver des sushis chez des Asiatiques qui n’ont rien à voir avec l’éthique et la diététique japonaise. Leurs boulettes de riz, sont finalement chères pour ce que c’est, sans saveur, sans finesse et n’apportent pas bonne presse à ce genre d’alimentation.

3) L’adaptation occidentale a récupéré la sauce teriyaki originale, permettant de faire des poulets ou saumons teriyaki (sauce sucrée salée caramélisant la viande pendant la cuisson) et la propose sur la table à sushis ! Hérésie. Les Japonais sucrent peu, et n’étaient pas fans des desserts à la fin du repas. Ils préféraient réserver cela pour les fêtes tout en proposant des plats sucrés extrêmement moins chargés en calories que chez nous. Le Daifuku et le Kuzumochi sont en effet deux desserts qui peuvent être étiquetés « desserts les plus diététiques au monde ». Le sucre nous envahit, nous en consommons davantage que nos grands-parents.

La sauce soja fermentée « Shoyu », contenant du blé, ou encore le « Tamari », sans blé, sont des sauces salées !! La publicité présentée vante les mérites d’une sauce « sucrée » et il n’est vrai que certaines enseignes à sushi proposent les deux sur les tables !! Pourquoi se gêneraient-ils… quand il y a demandeurs ! Un petit conseil. Fuyez ces tables, elles n’ont souvent pas grand-chose à voir avec la tradition du sushi !

4) Pour finir,
observez sur la publicité la phrase : « Elle accompagne naturellement le riz qu’elle vient napper ».

Et lisez ceci :
JAPON : Quelques usages à connaître
– On  ne plante jamais ses baguettes dans le riz, car ce geste est réservé aux cérémonies funéraires. On évite également de se passer de la nourriture de baguettes à baguettes, car c’est, là encore, un rituel lié aux enterrements.
– On peut manger les sushis avec les doigts, mais lorsqu’on les trempe dans la sauce de soja, il faut le faire légèrement côté poisson et non côté riz.
Ne jamais verser de sauce sur du riz blanc.
– Dans un restaurant de nouilles (udon, soba, ramen) il est toléré (et même recommandé) d’aspirer bruyamment, car cela évite ainsi de se brûler la langue et le palais.
– Que vous buviez du saké, de la bière et du whisky, la règle est de ne jamais se servir soi-même. Tenez votre verre d’une main tandis que votre hôte le remplit, puis prenez la bouteille et servez-le à son tour.
– À la fin du repas, il est d’usage de dire « Gochiso sama deshita » ce qui signifie à peu près : « c’était un vrai festin ! ».

2 commentaires

  1. Jean François

    Bonjour Stéfane,
    Je profite de ce poste pour vous demander si vous aviez testé les produits « Japonais » de la marque « TANOSHI » ?
    On peut les trouver en grande surface au rayon épicerie étrangère.
    J’ai un avis sur ces produits mais j’aimerais sincèrement avoir le votre…
    Merci encore et bonne continuation

  2. Chiquito

    Encore une preuve que les traditions se perdent au profit…du profit justement !!
    Pour l’anectode, je commande souvent des sushis dans une enseigne à Sushis (Kyo pour ne pas la citer) où la gérante est… roumaine (!!) mais avec un chef japonais (heureusement !!).
    La majeure partie des gens ont une réelle ignorance des pratiques & traditions culinaires.
    Merci pour ce post fort instructif, moi qui suit un fan du pays du soleil levant…

Laisser un commentaire