40 propositions pour un 3e Programme National Nutrition Santé

Il aura fallu six mois à pas moins de 31 instances, liées à la nutrition ou à la santé, pour enfin proposer dans le cadre du Programme National Nutrition Santé (PNNS) des prochaines années une liste de 40 propositions faîtes pour construire un avenir serein à nos enfants, le tout coordonné par la Société Française de Pédiatrie (SFP), la Société Française de Santé Publique (SFSP), la Société Francophone Nutrition Clinique et Métabolisme (SFNEP) et la Société Française de Nutrition (SFN).

Le rapport des propositions pour le PNNS 3, ci-joint en téléchargement, présente sept grandes thématiques.

Concernant ce document, nous pouvons lire sur le site i-diététique, les infos suivantes :

Parmi les mesures de santé publique proposées, les Sociétés Savantes et d’Experts en Nutrition souhaitent mettre en exergue leur souhait :

  • d’une gouvernance nationale clarifiée et d’une plus grande implication de la France au niveau européen ;
  • de rendre plus accessibles aux populations défavorisées les aliments de bonne qualité nutritionnelle et gustative ;
  • de voir la culture de promotion de la santé et de l’activité physique se développer en région, en association avec les collectivités territoriales et les écoles ;
  • de faire progresser les politiques d’information et d’éducation nutritionnelle existantes pour aider les consommateurs à repérer au moment de l’achat les produits alimentaires les plus favorables à l’équilibre nutritionnel global. Les Sociétés Savantes et d’Experts en Nutrition proposent en particulier l’élaboration d’un système de profilage nutritionnel et le choix d’un logo permettant d’identifier les aliments ayant un bon profil nutritionnel au titre de ce système ;
  • de réguler la publicité télévisée aux heures de grande écoute des enfants et de développer en volume horaire les campagnes nationales nutrition santé ;
  • de promouvoir l’allaitement maternel, la consommation de lait et de laitages chez les adolescents et le respect du temps de sommeil ;
  • d’être attentif aux risques et conduites à risques liés à la consommation d’alcool.

Sur un plan plus strictement médical, les Sociétés Savantes et d’Experts en Nutrition souhaitent également :

  • la structuration du dépistage et de la prise en charge du surpoids et de l’obésité en milieu scolaire ;
  • une meilleure définition du rôle et de la place des acteurs de la ville et de l’hôpital : du médecin libéral de premier recours au service hospitalier spécialisé dans le champ de la nutrition, de l’évaluation à la prise en charge ;
  • le développement de l’offre d’éducation thérapeutique du patient pour les personnes obèses ;
  • l’organisation transversale de la prise en charge des troubles nutritionnels en établissement hospitalier ;
  • le dépistage et la prise en charge précoce de la dénutrition dans les établissements de santé et les établissements médico-sociaux.

Bonne lecture.

Laisser un commentaire